quinqua

J'ai créé mon propre emploi, un an après mon licenciement !

Je n’ai pas vu le temps passer !

Il y a un an, il me fallait sortir de 23 ans passés dans la même entreprise (dont pas mal d’années de pantouflage) pour gagner en agilité professionnelle et ainsi pouvoir mieux rebondir pour décrocher un nouvel emploi en CDI qui me permettait d’atteindre enfin la retraite !

C’est la voie relativement classique pour un quinqua salarié qui veut atteindre la retraite et pouvoir en profiter aussi. D’un autre côté, quand on a des idées comme moi et que le temps passe sans pouvoir l’arrêter, on se dit que c’est maintenant ou jamais !

Alors la balance a finalement penché du côté « une folie de quinqua » d’autant plus que mon expérience professionnelle d’informaticien ne me servirait pas pleinement.

J’ai voulu créer mon propre emploi en créant une entreprise socialement innovante et typée « startup », ce qui n’est pas courant pour un quinqua !

Je suis passé d’un extrême à l’autre en ayant du oublier mon métier d’informaticien et ses habitudes de salarié depuis 9 mois pour me consacrer à fond sur mon nouveau projet en tant qu’entrepreneur innovant.

C’est une galère impensable avec plus de 25 ans de salariat à oublier, mais ça devient excitant d’essayer de concrétiser une idée car une idée ne vaut que si elle est réalisée… Je n’avais jamais éprouvé ce sentiment durant ma période précédente !

Mais le gap à combler est très profond ! Je déconseillerais de passer d’un extrême à l’autre aussi vite, plutôt se préparer pendant quelques années avant de se lancer… En plus, la microentreprise est un plan bon pour faire une expérimentation tout en restant salarié.

Ou alors, il faut être un peu givré comme moi avec une sacrée dose d’imagination… Le fait d’avoir écrit un roman d’anticipation doit y être pour quelque chose !

L'aventure continue et mon agilité professionnelle progresse...